Se connecter :
Rester connecté
Mot de passe oublié ?
Vous souhaitez voir les profils, sauvegarder vos annonces préférées et même publier une annonce?
Obtenez en quelques minutes le statut gratuit d'observateur du club.
Déjà inscrit, connectez vous iciS'inscrire gratuitement
Blog
photo_Equipier pour le convoyage d’un voilier

Equipier pour le convoyage d’un voilier

30/05/2012 11:56:07dans Conseils pour la co-navigation

Click here to read this post en English

 

Equipier Convoyage voilier, bateau stop, convoyage bateau, Emission TV direct 8 lundi 9 juillet 2012

 

Une des manières les plus connues de voyager en voilier à peu de frais, et de se faire embarquer comme équipier lors du convoyage d’un bateau de plaisance (cf. L'émission TV de Direct 8 du 9 juillet 2012 Quartier Général; vacances de rêve à prix cassé, les bons plans pour partir pas cher à partir de 49mn15s)

 

Vogavecmoi, service de bourse aux équipiers, accueille régulièrement des offres d’embarquement émanant de skippers dans le cadre de convoyages professionnels ou non de voiliers (cliquez sur ce lien pour les consulter).

 

De nombreux skippers professionnels souhaitent attirer l’attention des équipiers potentiels sur les offres d’embarquement qui pourraient émaner de « confrères » peu scrupuleux.

 

L'embarquement d'équipiers non professionnels par des skippers professionnels peut poser d'importants problèmes de sécurité pour les équipiers eux même et le navire. De surcroit, cette pratique peut entraîner une concurrence déloyale entre les skippers qui respectent les règles et facturent les « vrais coûts » de l’opération, et ceux qui ne les respectent pas …

 

Pour éviter toute confusion, il convient tout d'abord de définir et d'écarter de notre étude, le convoyage effectué par un particulier de son propre bateau.

 

Convoyage effectué par le propriétaire de son voilier

Au sens commun, le terme convoyage désigne la navigation la plus rapide et purement utilitaire entre un point A et un point B. Ce terme est employé autant par les professionnels de la navigation de plaisance que par les plaisanciers eux-mêmes quand il souhaite naviguer dans le seul but de changer de zone de navigation.

Ex : Monsieur X, propriétaire d’un voilier basé à La Rochelle souhaite participer à la régate du Tour de Belle-Ile 2012 dont le départ est donné en baie de Quiberon (56), le 28 avril 2012. Pour participer à cette régate dans de bonnes conditions, le bateau doit être amarré au port de La Trinité sur Mer (56) au plus tard la veille du départ de la course. Monsieur X cherche un ou des équipiers pour convoyer son voilier de La Rochelle à La Trinité sur Mer, départ le 15 avril 2012. Bien que réalisé par un amateur, le terme convoyage est employé pour désigner les modalités de la navigation : une navigation la plus courte possible entre La Rochelle et La Trinité, sans escale, avec navigation de nuit si cela est nécessaire. A l’arrivée à La Trinité sur Mer, la navigation est finie et l’équipage se sépare.

 

Quand il est effectué par un skipper professionnel dans le cadre de l’exercice de sa profession,  le convoyage revêt des spécificités à connaître impérativement. Nous allons donc nous intéresser particulièrement au convoyage réalisé par un skipper professionnel.

 

Convoyage effectué par un skipper professionnel

Au sens juridique, le mot convoyage est réservé à une pratique professionnelle. Selon, la circulaire du 20 janvier 1993 relative au convoyage des navires de plaisance émanant du secrétariat d’état à la Mer (non publiée), une opération de convoyage consiste « à conduire un navire moyennant rétribution entre deux ports ou deux sites par voie maritime, sans transporter, à titre onéreux, ni passagers ni marchandises. ».

Dans le cadre d’un convoyage, le skipper professionnel doit respecter des règles imposées par la circulaire suscitée. Ces obligations ont notamment pour but de confier les opérations de convoyage à des équipages expérimentés afin d’assurer la sécurité du navire et la sécurité de l’équipage lui-même.

Que dit la réglementation à cet égard ?

La circulaire du 20 janvier 1993 détermine la composition à minima d’un équipage professionnel établi pour le convoyage professionnel d’un bateau de plaisance en fonction de la durée du convoyage et de la présence, ou non, d’un pilote automatique à bord.

 

Durée de la navigation prévue

Effectif minimum

Convoyage d'une durée inférieure à 12 h.

 

1 chef de bord professionnel

 

Navigation de 12 à 24 h sans pilote automatique.

1 chef de bord + 1 équipier professionnel

 

Navigation de 12 à 24 h avec pilote automatique.

 

1 chef de bord professionnel

 

Navigation de plus de 24 h sans pilote automatique.

 

1 chef de bord professionnel + 2 équipiers professionnels

 

Navigation de plus de 24 h avec pilote automatique.

 

1 chef de bord professionnel + 1 équipier professionnel

 

 

 

Ces obligations sont identiques lors d’un convoyage entre deux ports français (convoyage national) que lors d’un convoyage international, mais dans ce cas, faute de contrôles, les pratiques des professionnels divergent parfois des exigences juridiques.

 

1ère observation : La circulaire interdit d’embarquer des passagers à titre-onéreux (c’est à dire contre paiement d’un titre de transport). A contrario, elle n’interdit pas au skipper professionnel qui effectue le convoyage d’embarquer des équipiers gratuitement (qui ne sont pas des passagers), quand l’effectif minimum de marins professionnels est respecté.

 

2ème observation : En tant qu'équipier non- professionnel, vous ne pouvez pas exiger une rémunération. Vos frais de nourriture à bord du bateau seront à votre charge, ainsi que vos frais de retour (Billet d’avion, de train, frais de taxi…).

 

3ème observation : Vous ne devez pas payer pour être à bord. Le skipper professionnel ne peut exiger de vous aucune rémunération au titre du transport. Il ne peut pas cumuler un contrat de convoyage avec l’armateur du voilier et un contrat de transport, dit de « charter » avec vous.

 

Conseils à retenir pour les équipiers non professionnels lors d’un convoyage professionnel

Pour votre propre sécurité, et ne pas vous retrouver sur un voilier qui serait en infraction vis à vis de la réglementation, posez les bonnes questions à votre futur skipper, qui de plus, appréciera votre intérêt pour le sujet, qui sera considéré  comme une preuve supplémentaire de votre sérieux.

-      1. Durée de la navigation prévue,

-      2.Présence ou non d’un pilote automatique,

-      3.Composition totale de l’équipage (skippers, marins professionnels et autres équipiers)

-       4.Conditions de votre embarquement :

o   coût estimé de votre embarquement (frais estimé de nourriture, …)

o   escales ?

o   Définition de votre rôle à bord (veille, manœuvre, quart de barre, rythme des quarts de nuit, préparation des repas, avitaillement…)

o   Conditions météorologiques prévues

 

Si la réglementation vous semble respectée, et les conditions d’embarquement vous conviennent, vous pouvez embarquer en tant qu’équipier bénévole.

 

Si la réglementation ne vous semble pas respectée, que les conditions d’embarquement ne vous convienne pas ou que l’on vous demande de payer votre embarquement, n’embarquez pas!

 

Les avantages d’être équipier lors d’un convoyage professionnel

 

1. La compétence du skipper : il s’agit d’un skipper professionnel, diplômé et souvent bénéficiant d’une grande expérience de navigation. Celui-ci saura vous mener à « bon port ». Attention, ne prenez pas le skipper professionnel pour votre moniteur de voile, d’une part il s’agit d’un diplôme différent qu’il n’a pas peut être pas, et d’autre part, il n’en aura peut-être pas envie.

 

2. L’état d’entretien du bateau : la plupart du temps, les convoyages s’effectuent sur des voiliers neufs, donc l’état d’entretien du bateau est bon. En tout état de cause, un bon skipper professionnel refuserait de convoyer un bateau qui ne serait pas en état d’effectuer la navigation prévue

 

3. L’entente de l’équipage : là encore, s’agissant d’un skipper professionnel, la vie à bord devrait bien se passer car le chef de bord professionnel à l’habitude de manager son équipage « qui veut aller loin ménage sa monture »

 

4. Pour les voyageurs pressés, le convoyage est le mode le plus rapide de navigation sur un bateau de plaisance pour vous rendre au port d’arrivée.

 

Les inconvénients d’être équipier lors d’un convoyage professionnel

 

-        1.L’ambiance studieuse, le skipper professionnel n’est pas en vacances lors du convoyage et du coup, vous non plus. Pas d’apéros, de mouillages, ni de barbecue au programme.

 

      2.Pas d’escales. La plupart du temps, aucune escale n’est prévue. Time is money, ce proverbe est également valable pour les professionnels du convoyage

 

 3. Je préfère vous le dire pour que vous ne soyez pas déçus, aussi beau et luxueux que sera le voilier à convoyer, vous risquez fort de vivre dans un bateau 100% sous cellophane, pour qu’il puisse être livré « flambant neuf » à son propriétaire. Souvent une seule couchette est utilisée à tour de rôle par l’équipage. Le bon coté de cette pratique, et que votre convoyage ne se terminera pas par une séance de nettoyage interminable. 

 

__________________________________________________________

Cet article a été rédigé avec l'aide et à la participation de :

Le site web Jurisplaisance.free.fr

Centre de droit océanique et maritime (CDMO) de l'Université de Nantes

La photo "catamaran au crépuscule" est gracieusement mise à notre disposition par Planètes Mer Service, convoyeur professionnel de bateau.

__________________________________________________________

Articles sur le même théme :

Reportage TV M6 CAPITAL : Co-navigation en catamaran Baléares, Minorque, Espagne

Bourse d'équipiers : devenez équipier sur un voilier

Zizanies à bord, la bible de la co-navigation

Bateau stop : essayez la bourse aux équipiers vogavecmoi

Voyage en voilier : les voyageurs en voilier cherchant un équipier

Voyage en voilier : besoin d'une assurance voyage?

Bien choisir ses équipiers pour réussir sa transat en voilier

Traversée de l'atlantique : prenez le large avec un professionnel

L'aventure en convoyage (lien externe lapresse.ca)

Lutter contre le mal de mer lors de vos vacances en voilier

 

 

 

Une des manières les plus connues de voyager en voilier à peu de frais, et de se faire embarquer comme équipier lors du convoyage d’un bateau de plaisance

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
NonOui